01 39 35 30 55
L’HYPERSPÉCIALISATION PAR ARTICULATION

PATHOLOGIES

Syndrome fémoro-patellaire

par le Docteur Amaury VANDEBROUCK

Introduction:

Le syndrome fémoro-patellaire, appelé encore syndrome rotulien, est une pathologie très fréquente et est un motif très fréquent de consultation pour douleurs du genou en orthopédie. ce syndrome rentre dans le cadre d'une entité plus vaste: "les douleurs antérieures du genou".

La patella, appelée plus communément rotule, est un des éléments majeurs de l'articulation du genou et forme, en s'articulant avec la trochlée fémorale, l'articulation fémoro-patellaire.

La rotule sert de bras de levier pour le quadriceps en démultipliant la force de celui-ci entre le corps musculaire et l'insertion de son tendon sur la tubérosité tibiale antérieure par l'intermédiaire du tendon rotulien. La rotule sert donc de relais entre le tendon quadricipital et le tendon rotulien.

Les douleurs rotuliennes sont très fréquentes chez:
- les adolescents et les patientes jeunes, notamment les filles.
- Les patients en surpoids
- Les sportifs comme les coureurs de fond, les skieurs, les cyclistes et les footballeurs.

Le diagnostic de syndrome rotulien est avant tout clinique reposant sur l'interrogatoire et l'examen clinique.

Les symptômes cliniques sont assez divers mais on retrouve le plus souvent:
- des douleurs localisées en avant du genou autour de la rotule "en étau" surtout présentes dans les escaliers ou en position assise prolongée nécessitant la mise en extension du genou pour les calmer (signe du cinéma).
- des sensations de lâchage du genou (pseudo-dérobements) par réflexe musculaire quadricpital.
- des blocages du genou

La gêne apparait le plus souvent après un changement de rythme sportif, un traumatisme minime, une intervention chirurgicale ou de façon spontanée.

Il n'existe pas forcément d'anomalies radiologiques et le plus souvent, l'ensemble des examens radiologiques sont normaux (radiographies, scanner et IRM). Ils ne sont pas nécessaires au diagnostic et ne sont prescrits que si on recherche une pathologie associée ou pour éliminer un diagnostic différentiel.
Défilé fémoro-patellaire normal

Étiologies:

Il n'existe pas le plus souvent de cause évidente aux douleurs rotuliennes (syndrome rotulien). Les lésions cartilagineuses retrouvées au niveau de la rotule ne sont pas forcément responsables des douleurs.

En effet, un patient peut être porteur d'une arthrose très évoluée de l'articulation fémoro-patellaire et peut ne pas du tout être gênée par cette arthrose. Tandis qu'un patient, ne présentant aucune lésion cartilagineuse sur l'IRM ou l'arthroscanner, peut être très handicapé par un syndrome rotulien.

Il n'y a donc pas forcément de parallélisme entre les lésions cartilagineuses fémoro-patellaires et les douleurs rotuliennes.

La rotule est un maillon essentiel au bon fonctionnement du système extenseur du genou servant de poulie pour augmenter le bras de levier du quadriceps lors de l'extension de la jambe. Lors de la contraction du quadriceps, le tendon quadricipital va tirer la rotule vers le haut et la plaquer contre le fémur entrainant l'extension de la jambe.

Le syndrome rotulien apparait le plus souvent quand il existe un déséquilibre entre les muscles postérieurs de la cuisse (les ischio-jambiers) et le quadriceps.

En effet, si les tendons des ischio-jambiers sont raides, ils résistent à l'extension du genou et le quadriceps doit tirer plus fort sur la rotule, augmentant alors la pression sur le cartilage.

Lorsque le cartilage rotulien devient sensible, la contraction du quadriceps sur le genou en flexion provoque la douleur: le quadriceps ne fonctionne pas alors normalement et il s'amyotrophie aggravant encore les troubles. Le traitement a pour objectif de casser ce cercle vicieux.

Traitement:

Le traitement d'un syndrome rotulien est avant tout médical et repose essentiellement sur la rééducation. La rééducation a pour objectif de casser ce déséquilibre entre les muscles antérieurs (extenseurs) et postérieurs (ischio-jambiers) de la cuisse.

La prise en charge chirurgicale de ces douleurs rotuliennes est exceptionnelle et risque même d'aggraver nettement les symptômes. En effet, la chirurgie rotulienne marche très bien en cas d'instabilité rotulienne mais est inefficace voire nocive en cas de symptômes uniquement douloureux.

La rééducation va avoir plusieurs buts:
- Lutter contre la faiblesse du quadriceps: travail du quadriceps en isométrique associé à un réentrainement à l'effort afin de casser le cercle douloureux.
- Lutte contre la rétraction des ischio-jambiers: étirements.

On peut associer à ces exercices de rééducation, lors des périodes douloureuses:
- le port d'une genouillère rotulienne
- la prise d'AINS et mise au repos du genou
- la marche du genou verrouillé en extension afin d'éviter les pseudo-dérobements du genou.
Haut de page